" />

Publié par Farida Nabourema

Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré

Après avoir assassiné Thomas Sankara en 1987, Blaise s’est accaparé de la présidence du Burkina Faso et met tout en œuvre pour s’éterniser au pouvoir. Grace à l’article 37 de la constitution du Faso qui limite les mandats à 2, Blaise Compaoré ne pourra plus se représenter en 2015. Non satisfait d’avoir réduit ce pays prospère au temps de Sankara à l’extrême pauvreté, fier d’avoir maintenu plus de 75% de sa population dans l’illettrisme, et heureux d’avoir contribué à la déstabilisation des pays voisins tels que la Cote d’Ivoire et le Mali pour ne citer que ceux-ci, Blaise Compaoré se bat aujourd’hui pour modifier cet article 37 de la constitution afin de se maintenir roi du Faso.

Heureusement pour le Burkina Faso, le peuple s’oppose à une telle machination et manifeste sans retenu son ras-le-bol face à ce régime fasciste qui l’a réduit à l’esclavage. C’est ainsi que le 31 Mai dernier, ils se sont mobilisés par milliers pour dire « NON » au referendum que compte organiser le 1er tyran de la République : Blaise Compaoré. Cette manifestation coupa le souffle à plus d’un et l’on pouvait sentir la détermination de ce peuple à en finir avec un monsieur qui est arrivé au pouvoir dans le sang. Tellement la mobilisation était forte !

Blaise Compaoré, embarrassé par cette géante manifestation décida alors de faire le nécessaire pour en organiser une parallèle afin de tromper l’opinion internationale en lui faisant croire que lui aussi a autant de supporteurs voire plus que ses rivaux de l’opposition. Mais comment s’y prendre étant donné que le peuple ne l’aime et ne veut pas de changement. Il fit donc appel à ses conseillers et décida de tendre un appât au peuple afin de le prendre dans ses filets. Blaise Compaoré organisa alors un géant concert gratuit et invita 23 artistes aussi bien locaux qu’internationaux pour animer la 1ere partie de son meeting afin d’attirer les jeunes passionnés de la musique. Pour encourager encore plus les gens à prendre part à son meeting, des bus furent mis à la disposition de tous ceux qui ne possédaient pas de moyen de transport et du carburant gratuit a été distribué à ceux qui disposaient de véhicules privées. Comme cela ne suffisait pas, sachant que la misère et la faim sont les principaux maux dont souffre le peuple Burkinabè, Blaise Compaoré commandera des milliers de baguettes de pain à faire distribuer aux manifestants en plus d’une prime de 2000FCFA offerte à chaque personne qui s’enregistrera à l’entrée du stade du 04 Aout ou a eu lieu le fameux concert-meeting de Blaise Compaoré.

Avec tous ces bonus alléchants, nombreux étaient ceux qui se sont déplacés car après tout, suivre un spectacle gratuit, manger du pain et obtenir 2000FCFA en plus est un luxe pour bon nombre de citoyens. Pour Blaise Compaoré, ainsi que pour ses journalistes véreux et ses complices français qui avaient apprêtés leurs cameras pour montrer la grandeur de la manifestation de Compaoré, ce fut dans un premier temps une réussite car le stade fut bourré de mangeurs de pains et de malheureux en quête d’un sourire. Le spectacle débuta avec la prestation des artistes par ci et là. Puis l’heure du meeting arriva. Au plus grand étonnement de tous, une fois le concert terminé, les manifestants ont presque tous quitté le stade laissant ainsi les responsables du parti de Blaise Compaoré (CDP) seuls au milieu du stade. Et oui ! Ils les ont bien eu! Ils ont mangé, pris leurs 2000FCFA, dansé au rythme des artistes invités et ensuite paf, ils ont planté Blaise Compaoré. Ah, quel coup dur !

Toutefois, les sbires du régime pouvaient encore sauver la face grâce aux images obtenues lors du concert. C’est ainsi que dans les medias français, plus précisément dans le journal InfoAfrique de France O diffuse le dimanche 22 Juin, la journaliste française nous dit que la manifestation de Blaise Compaoré fut « une réussite ». On montrera alors en avant-plan les images d’un stade rempli au cours du concert et en arrière-plan, celles du secrétaire du CDP en train de faire son discours du « Oui au referendum ». Or, comme vous pouvez le constatez dans l’une des photos jointes à cet article, le stade était presque vide au moment où le secrétaire du CPP s’adressait au public. Les medias français ne sont pas à leur première tentative de désinformation en Afrique car la France a toujours été le premier soutien de Blaise Compaoré et fera tout pour faire croire au monde que ce monsieur est toujours désiré par le peuple Burkinabè.

Ce fiasco organisé par Blaise Compaoré aurait couté a peu près 183 milliards de FCFA d’après des sources proches du régime et pour obtenir ces fonds, le régime Compaoré a fait chanter des opérateurs économiques afin de les pousser à contribuer de force à son cirque. Pendant ce temps, la misère bat son plein au Burkina Faso ou près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté. Quoi qu’il en soit, l’opposition Burkinabè est plus soudée que jamais et la société civile ultra organisée. Le mouvement Balai Citoyen, initié par des jeunes de la société civile l’année dernière a aujourd’hui des divisions un peu partout dans le monde avec une diaspora toute aussi active qui milite pour l’instauration d’un état de droit au Burkina Faso. Avec de faibles moyens, ils se battent et se surpassent pour dire NON à la modification de l’article 37 de la constitution car 26 ans de pillage, d’impunité, de misère, d’assassinats et d’injustice sont trop et ça doit cesser.

Il faut que les militants de la liberté, de l’auto-détermination et de la souveraineté des peuples africains se mobilisent pour soutenir le peuple Burkinabè à cette heure fatidique de la lutte. Quand nos grands-parents combattaient pour nos indépendances, ils se serraient les coudes du Congo au Cameroun, de la Guinée au Togo ainsi de suite. Nous ne pouvons pas laisser Blaise Compaoré demeurer président du Faso pour semer le désordre dans nos pays en servant de gâchette à la France pour tirer sur les peuples désireux de ses libérer. Aidons le peuple Burkinabè à les balayer pour restaurer l’intégrité de la patrie de notre héros Thomas Sankara.

« La partie ou la mort, nous vaincrons »

Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Le pouvoir de Blaise Compaoré est expiré
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

afrique unie 03/07/2014 09:54

Que le tout puissant protège notre fier pays et nous donne un changement positf. La partie où la mort nous vaincrons

IRA Blamami 02/07/2014 17:54

Bravo Farida. Je suis fiers de toi. Ne dis-t-on pas que si la case du voisin brule, il faut lui apporter de l'eau afin de limiter les dégâts et donc de se prémunir. Le parti au pouvoir, celui de Blaise Compaoré, c'est le CDP et non le CPP. Si toutes les femmes africaines étaient des amazones etaient comme toi, l'Afrique se serait libérée du joug néocolonial entretenu par les valets locaux de l’impérialisme français dont notre président Blaise Compaore est le champion; et qui est pire que le colonialisme lui même. Que dieu t'assiste et te garde longtemps pour qu'ensemble nous puissions accomplir

Petro 01/07/2014 23:28

C'est pas CPP mais plutôt CDP

IRA Blamami 02/07/2014 18:00

Bravo Farida. Je suis fiers de toi. Ne dit-on pas que si la case du voisin brule, il faut lui apporter de l'eau afin de limiter les dégâts et donc de se prémunir. Le parti au pouvoir, celui de Blaise Compaoré, c'est le CDP et non le CPP. Si toutes les femmes africaines étaient des amazones etaient comme toi, l'Afrique se serait libérée du joug néocolonial entretenu par les valets locaux de l’impérialisme français dont notre président Blaise Compaore est le champion; et qui est pire que le colonialisme lui même. Que dieu t'assiste et te garde longtemps pour qu'ensemble nous puissions accomplir ce combat noble qui nous mènera à l’idéal du grand Thomas Noël Isidore SANKARA: VIVRE AFRICAIN, C'EST A DIRE VIVRE LIBRE ET DIGNE.