" />

Publié par Farida Nabourema

Fatoumata et sa fille
Fatoumata et sa fille

Depuis quelques mois et surtout ces dernières semaines, le virus Ebola fait rage en Afrique de l’Ouest. Plus de 1000 personnes ont succombé au virus en Sierra Léone, en Guinée, au Liberia et au Nigeria. Une maladie qui n’a pas de cure dit-on et dont la fatalité avoisine 90%. Dans les medias, l’on évoque souvent que les morts; chose qui accroit le stigma au sein des communautés affectées.

Cependant, il existe des survivants à cette maladie : des personnes qui ont eu accès aux soins médicaux très tôt. Un consultant de l’UNICEF basé en Sierra Léone Jo Dunlap, a partagé son expérience avec les survivants de cette horrible maladie qu’il a rencontré au centre traitement d’Ebola situé à Kenema en Sierra Léone.

143 patients ont été guérit de la maladie en Sierra Léone des 500 cas relevés dans le pays, confie Jo Dunlop qui a obtenu ces chiffres du centre de traitement de Kenema. Les patients qui ont recouvert la santé se font délivrer un certificat qui atteste leur guérison et obtiennent environ $10 (5000FCFA) comme frais de transports pour rentrer chez eux. En Sierra Léone, nombreux sont les personnels de la santé qui ont contracté la maladie en soignant des patients atteints du virus Ebola. Au centre de Kenema, 6 personnels de la santé auraient succombé à la maladie mais plus d’une dizaine auraient survécu. C’est le cas de Fatmata Sesay qui ensemble avec sa fille (en photo) ont répondu aux traitements et sont certifiées saines. Issata Konneh (en photo), une autre survivante qui s’apprête à rentrer chez elle, affiche avec joie son certificat de bonne santé. Jo Dunlop estime que l’histoire des survivants peut aider à déconstruire les mythes qui entourent cette maladie et à sensibiliser les populations sur le virus Ebola.

Comme leçon, l’on peut retenir que tout n’est pas perdu pour quiconque contracte le virus Ebola si l’on identifie tôt les symptômes et se rend immédiatement dans un centre de santé afin de bénéficier des soins d’accompagnement qui consistent principalement à stabiliser la température corporelle du patient et à prévenir ou arrêter les hémorragies.

Ceci étant, soyez à l’écoute de votre corps et ne restez pas indifférent face à une fièvre, des vomissements, des éruptions cutanées et des saignements du nez ou de la bouche. Mais savant tout, prévenir vaut mieux que guérir et l’hygiène demeure pour l’heure la meilleure prévention.

Les survivants d'Ebola
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article