" />

Publié par Farida Bemba Nabourema

Forte Mobilisation a Ouagadougou ce Mardi 28 Oct
Forte Mobilisation a Ouagadougou ce Mardi 28 Oct

Cela fait des mois que les populations Burkinabè s’insurgent contre l’intention de Blaise Compaoré d’organiser un referendum pour modifier la constitution afin de se présenter aux élections présidentielles de 2015. En Mai comme en Juin dernier, des dizaines de milliers de Burkinabè sont sortis pour dire Non au referendum.

Blaise Compaoré qui pendant des mois est resté silencieux sur les rumeurs concernant sa prochaine candidature est sorti de sa cage le 21 Octobre dernier en annonçant un vote sur une modification de la constitution à l’Assemblée Nationale le 30 Octobre prochain, sachant que grâce aux fraudes massives lors des élections législatives dernières, les membres de son parti occupent les deux tiers des sièges à savoir 73 députés sur 111.

Cette annonce fut très mal accueillie par les populations Burkinabè fatiguées par 27 ans de dictature du régime Compaoré qui a fait du pays l’un des plus pauvres du continent avec le taux d’alphabétisation le plus bas au monde.

Hier 27 Octobre, les femmes Burkinabè ont pris le devant munies de leurs ustensiles de cuisine pour dénoncer ce coup de force. L’opposition a également annoncé une désobéissance civile qui entre en vigueur ce Mardi 28 Octobre et a appelé les populations à manifester dans les différentes villes du pays. Dans la capitale Ouagadougou et à Bobo Dioulasso la deuxième plus grande ville du pays, la mobilisation fut de taille. On estime à plus d’1 million, le nombre de personnes qui sont sorties pour dire Non à la modification de la constitution.

Sur le plan international, les Etats-Unis et l’Union Européenne qui ont toujours gardé un silence radio sur les malversations de Blaise Compaoré se sont désolidarisés de ce dernier en appelant au respect des lois en vigueur. Compaoré pourrait-il compter sur ses confrères africains assoiffés du pouvoir comme lui pour imposer son choix au peuple Burkinabè ? Et bien les rumeurs attestent que des militaires togolais se seraient joints à ceux du Faso pour réprimer les manifestations de ce Mardi. Et vu l’étroitesse des relations entre Compaoré et Gnassingbé, cela n’étonne pas du moindre d’autant plus qu’au Togo, Faure Gnassingbé rejette les reformes constitutionnelles afin de briguer un troisième mandat en 2015. Ne dit-on pas que qui se ressemblent, s’assemblent ? Et bien nous verrons si les forces de l’oppression l’emporteront sur celles de la liberté et de l’alternance.

Le navire de Blaise Compaoré usé par 27 années de meurtres, de pillages, d’arrestations et de détentions arbitraires, de mensonges et de torture risque fortement de chavirer face à cette immense vague de Burkinabè déterminés à mettre fin à leur asservissement.

Femmes mannifestant a Ouagadougou le Lundi 27 Oct

Femmes mannifestant a Ouagadougou le Lundi 27 Oct

Arrestation et bastonnade d'un mannifestant a Ouagadougou ce 28 Oct

Arrestation et bastonnade d'un mannifestant a Ouagadougou ce 28 Oct

Vers la fin du régime Compaoré ?
Vers la fin du régime Compaoré ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article