" />

Publié par Farida Bemba Nabourema

François Compaoré
François Compaoré

François Compaoré, le frère du président déchu Blaise Compaoré se défend dans les medias. Le jour de la démission et de la fuite de son frère ainsi que de sa famille, des centaines de personnes ont pris d’assaut la maison de François Compaoré et y ont trouvé des images grossières qui ont fait couler beaucoup d’encres et de salives. Il s’agit des images d’une jeune fille en train de dévorer le corps d’un homme, apparemment albinos.

Les interprétations et spéculations sont allées bon train car après tout nous sommes en Afrique et les crimes rituels n’ont pas encore été bannis dans plusieurs sociétés. François Compaoré sur qui les rumeurs couraient bien avant la chute de son frère comme quoi il faisait des sacrifices humains pour accroitre son pouvoir et sa richesse, a donné plus ou moins à la foule une sorte de confirmation de ces rumeurs grâce aux images découvertes chez lui.

Toutefois, il dément à travers un communiqué ce qu’il appelle des « accusations graves» et s’explique comme suit : « Les images et photos mésinterprétées et instrumentalisées par la presse ne sont rien d’autre que des œuvres de mise en scène d’art plastique, créées par notre fille, élève en classe de Première au Lycée Français Saint-Exupéry de Ouagadougou. On pourra s’en convaincre en consultant les autorités dudit établissement scolaire (…) Le sous-sol de notre résidence familiale a toujours servi de salle d’études et de révision pour les enfants Compaoré. Plusieurs professeurs-répétiteurs qui y sont passés peuvent en témoigner. »

Ce démenti satisfera –t-il le peuple Burkinabè et toutes les personnes qui sont convaincues que ces images sont réelles ? Et bien il est difficile de croire un monsieur qui pendant des années a servi des mensonges a son peuple et fut impliqué dans des meurtres comme celui de son ancien chauffeur et du journaliste Norbert Zongo.

Photos retrouvées chez François Compaoré
Photos retrouvées chez François Compaoré

Photos retrouvées chez François Compaoré

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article