" />

Publié par Farida Bemba Nabourema

Faure Gnassingbe, je te hanterai comme un fantome!

Faure Gnassingbé ton père a mis en prison mon grand-père en 1967 parce qu’il militait dans le parti indépendantiste de Sylvanus Olympio. Il l’a torturé et a privé ses enfants de soins et mon oncle de 16 mois était décédé car ton sauvage de père avait interdit qu’on soigne les « enfants des opposants » dans les hôpitaux parce que c’était des « cadeaux des français » et eux étaient opposés a la colonisation française.

Ton père a emprisonné mon père a plusieurs reprises en 1978, 1979, 1985, 1989, 2003. Il l’a torturé, lui a brisée 13 cotes, 8 orteilles et lui a mis du fil électrique sur le testicule dans le but de le castrer. Mais vois-tu, moi je suis née après. Et l’enfant de l’homme que ton animal de père a voulu castrer en découdra avec vous.

La lutte contre l’impérialisme, je l’ai dans le sang. J’ai été initié à la politique à 13 ans quand en 2003, ton sauvage de père avait encore une fois foutu mon père en prison. Vous faites peut être peur à ceux qui entendent parler de vous de loin. Mais nous, les victimes de votre sauvagerie, vous ne nous intimidez pas.

J'ai été dressée comme un berger allemand pour vous pourchassez partout ou je sentirai la nauséabonde odeur de votre dictature. Ma vie je la dédierai à pourrir la vôtre et peu importe ce que cela me coutera. Tes enfants n’auront pas l’occasion d’abuser des togolais comme ton père et toi parce que tu es le vaut rien sous lequel la dictature verra son déclin.

Faure Gnassingbé je te hanterai comme un fantôme jusqu’à ce que tu ne quittes ce pouvoir et si je devrais en mourir, ça sera avec la plus grande fierté. Ni les insultes et encore moins les menaces de tes chiens galeux ne m'arrêterons dans mon élan. Vous pouvez aboyer sur tous les toits, ma caravane passera et du pouvoir vous dégagerez.

Vous pensez que 50 ans c’est long ? Eh bien sachez que c’est une seconde dans l’histoire d’un peuple. Vos maitres en Europe ont été malmenés par des roitelets pendant des millénaires. Vous pouvez foutre tous les togolais en prison si bon vous semble. Vous partirez et ce, par la minuscule porte réservée aux personnes méprisables de votre acabit.

Pensez-vous que vos armes archaïques vous sauveront ? Pauvre de nous ! Nous nous avons l’internet. Et quand nous tirons une balle, ce n’est pas une personne qui est atteinte mais le monde entier.