" />

Publié par Farida Bemba Nabourema

Les Togolais sont sortis nombreux aujourd’hui dans les rues de Lomé pour protester contre l’augmentation abusive des prix du carburant.

Acculé par un déficit budgétaire et fiscal suite à l’échec de l’Office Togolaise des Recettes (OTR), le gouvernement togolais a jugé bon d’augmenter les prix des hydrocarbures dans leur tentative désespérée de rassembler de l’argent pour payer les bailleurs de fonds.

Les manifestations qui avaient commencé pacifiquement ont dégénéré quand des forces de l’ordre ont commencé à réprimer les manifestants. Les violences s’en sont suivit et des dizaines de personnes ont été blessé. S’en sont suivit des tirs à balles réelles sur les foules par les militaires occasionnant la mort d’un jeune homme et plusieurs blessés.

Suite à cette répression sauvage d’une manifestation pacifique, j’appelle les togolais du monde à résister et à exiger des comptes.

Notre compatriote qui a trouvé la mort aujourd’hui sous les balles des milices de Faure Gnassingbé abusivement appelés militaires, avait aussi un rêve: celui d’un Togo meilleur dans lequel lui aussi pouvait vivre heureux.
C’est notre frère qui a été tué, c’est notre fils qui a été tué et nous devons réagir.
Notre vie n’aura que la valeur que nous lui donneront. Si l’on peut tuer un togolais sans conséquence aucune, c’est que le Togolais ne vaut pas mieux que les lézards qui...

 

 

se font écraser dans la rue.
Le Togo doit être un pays mort demain pour rendre hommage à notre compatriote tué par ces barbares. Nous devons boycotter toutes les stations d’essence et refuser de travailler pour exprimer notre mécontentement. Nous devons exiger les noms de tous les militaires munis d’armes à feu exiger la démission de leurs responsables.
Plus personne ne doit tuer un togolais impunément. Nous ne sommes pas leurs moutons.

Togo, pays mort: appel à la résistance
Togo, pays mort: appel à la résistance
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article