" />

 

Tout système autocratique repose sur l’obéissance absolue. Les régimes dictatoriaux ne peuvent exister que grâce au pouvoir que leur concède le peuple et pour se faire, ils utilisent toutes les méthodes possibles pour forcer cette soumission. L’usage de la violence est l’une des méthodes les plus effectives des dictateurs car l’instinct de survie conduit naturellement l’être humain à vouloir se protéger de la violence.
Les dictateurs sachant toutefois que la violence a elle seule finit par dégoûter le peuple au point de les révolter utilise aussi des méthodes plus subtiles pour obtenir sa soumission: religion, art, musique, sport, show-biz bref tout ce qui est ludique et qui de prime abord ne donnerait pas l’impression que la soumission est forcée.
Tout peuple violenté recherche du comfort dans les choses ludiques et les dictateurs ayant infligé des souffrances inestimables au peuple savent que c’est dans la musique, le sport, les spectacles, les jeux de hasards que le peuple noie ses peines et courroux.
Alors les dictateurs convoitent les artistes, les athlètes, les célébrités adulés par le peuple pour faire d’eux les égéries de leurs dictatures. Et ceux ci très souvent naïfs, pensant que c’est leur talent qui attire ces dirigeants qu’ils voient comme des dieux se pensent élevés sur un piédestal et tombent dans le jeu de ces derniers en faisant leur promotion, chantant leurs louanges oubliant que leur réussite est le fruit de leur résilience, leur persistance et leur chance: pas celui d’un gouvernement despotique corrompu qui n’a que faire de leurs aptitudes.
Les dictatures courtisent les talents mais à ceux ci de faire usage d’un minimum de bon sens et éviter de mettre leur art au service de celles ci. Ceux qui nous oppriment ont déjà tout: nos terres, nos mines, nos impôts, notre argent. Pourquoi encore leur donner notre musique, notre art, notre sport, notre créativité ?
Farida Bemba Nabourema
Citoyenne Africaine Désabusée
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :