" />

Publié par Farida Nabourema

"Dans nos colonies, nous n'avons jamais appliqué l'Apartheid. On peut en faire une fierté " Marion Maréchal Le Pen
Marion-Lepn.jpg


Mlle Marion Le Pen, je souhaiterais avant tout vous informer que la France ne possède plus de colonies à moins que vous ne désigniez par-là la Corse ; ce dont je doute.
Depuis de nombreuses années que je tombe à chaque fois par hasard sur les déclarations des membres de votre parti le Front National, et plus précisément de ceux de votre famille à savoir votre grand-père Jean-Marie Le Pen et votre tante Marine Le Pen, je n’ai jamais jugé bon de répondre aux multiples inepties que vos proches ont tendance à pondre. Mais cette fois, suite à votre déclaration incongrue qui sans nul doute affiche votre ignorance béante de ce pays que vous prétendez représenter à l’Assemblée Nationale, j’ai décidé de vous répondre car je n’ose pas croire que vous êtes une imbécile pour vous répondre par mon silence comme j’en ai pris l’habitude avec votre tante Marine.


Mlle Marion Le Pen, par cette déclaration "Dans nos colonies, nous n'avons jamais appliqué l'Apartheid. On peut en faire une fierté » que vous aviez faite sur BFM TV le 16 Décembre dernier lors d’une émission au cours de laquelle vous sembliez rendre hommage à Nelson Mandela, ce monsieur que votre « papy Jean Marie » traitait affectueusement de «terroriste » dans les annees 80, vous ne m’avez point choqué car je sais que la France dans laquelle vous aviez grandi ne vous a jamais apprise dans ses écoles, les horreurs qu’elle a commises dans ses anciennes colonies. Vous êtes de cette génération a qui la France ment et à qui la France cache son linge sale que vous avez pourtant le devoir de laver afin de réduire le degré de haine et de dégout que ressentent ceux-là que votre pays dont vous êtes si fiere a humiliés, déshumanisés, torturés, exploités, opprimés, réprimés et continue de martyriser. Comment pouvez-vous laver le linge sale de votre chère France si durant toute votre vie, les gens comme votre grand-père qui avaient soutenu l’Apartheid ont passé leur temps à vous faire croire que la France n’a fait qu’aider les « autres » à se « civiliser ». Oui, la civilisation de la sauvagerie et de l’avilissement !



Mlle Le Pen, à 24 ans, vous êtes la plus jeune député de la France et étant votre cadette de quelques mois seulement, je peux donc conclure que vous et moi sommes de la même génération et pourrai alors dire qu’à cet âge et avec le poste que vous occupez, vous devriez connaitre la vraie histoire de votre pays la France si et seulement si vous eûtes fait preuve de moins de paresse intellectuelle en ne vous contentant pas que des histoires que vous racontent « Papy Jean-Marie » mais hélas ! Je vais donc vous rendre un très petit service en parcourant avec vous quelques-unes des politiques de la France dans ses anciennes colonies qui étaient pies que l’Apartheid en Afrique du Sud.


Avant tout, laissez-moi vous rappeler que vos ancêtres font partie de cette espèce d’êtres humains qui ont jugé noble d’acheter, de vendre d’opprimer et de massacrer d’autres êtres humains. Le Code Noir qui désigne l’ensemble de textes juridiques codifiant la vie des esclaves noires dans les anciennes colonies françaises (Indes françaises) est ordonné par le roi Louis XIV en 1685. Dans ce code, l’un des rois les plus adulés des « français de souches » comme vous Mademoiselle, a tout simplement animalisé les Noirs (pratique que des membres de votre parti telle qu’Anne-Sophie Leclerc continuent) et dénigré d’autres peuples pour le simple fait que ceux-ci avait une couleur de peau ou pratiquaient une religion différente de la vôtre . L’article 1er du Code Noir nous dit : « Voulons que l'Édit du feu roi de glorieuse mémoire, notre très honoré seigneur et père, du 23 avril 1615, soit exécuté dans nos îles ; se faisant, enjoignons à tous nos officiers de chasser de nos dites îles tous les juifs qui y ont établi leur résidence, auxquels, comme aux ennemis déclarés du nom chrétien, nous commandons d'en sortir dans trois mois à compter du jour de la publication des présentes, à peine de confiscation de corps et de biens. » Le Code Noir chère Mlle Le Pen est le fondement même des systèmes de ségrégation raciale et raciste comme l’Apartheid et l’on peut dire que les Boers d’Afrique du Sud se sont inspirés de la cruauté de vos ancêtres pour établir une version beaucoup plus diluée du Code Noir en Afrique du Sud. De la même manière que les Noirs étaient interdits de se regrouper durant l’Apartheid, Le Code Noir stipule dans son article 16 : « Défendons pareillement aux esclaves appartenant à différents maîtres de s'attrouper le jour ou la nuit sous prétexte de noces ou autrement, soit chez l'un de leurs maîtres ou ailleurs, et encore moins dans les grands chemins ou lieux écartés, à peine de punition corporelle qui ne pourra être moindre que du fouet et de la fleur de lys ; et, en cas de fréquentes récidives et autres circonstances aggravantes, pourront être punis de mort ».


En Afrique du Sud, bien que les Noirs fussent extrêmement sous-payés, ceux-ci recevaient quand même une compensation aussi infime soit elle pour leur travail et avaient le droit d’exercer certaines petites activités commerciales. Mais dans l’article 18 du Code Noir Mlle Le Pen, il est dit ceci : « Défendons aux esclaves de vendre des cannes de sucre pour quelque cause et occasion que ce soit, même avec la permission de leurs maîtres, à peine du fouet contre les esclaves, de 10 livres tournois contre le maître qui l'aura permis et de pareille amende contre l'acheteur. » car vos ancêtres voulaient absolument éviter que les Noirs ne disposent de ressources financières qui risqueraient de leur permettre d’acheter leur liberté à leurs maitres comme c’était le cas dans certaines colonies britanniques et portugaises. Dans les anciennes colonies françaises, les esclaves ne pouvaient même pas rêver acheter leur propre liberté. Durant la période de l’esclavage, de nombreux historiens révèlent que plus d’un million de Noirs ont été massacré dans les colonies françaises seules. Vous me répondrez peut être que la République Française et plus précisément la 5ème République du héros Charles De Gaulle n’a rien à avoir avec cette France esclavagiste. Et bien c’est vrai ! Votre 5ème République Française est pire que la France de Louis XIV : elle est la France de la barbarie pure et simple.



Mlle Le Pen, serez-vous toujours fière de votre chère France en apprenant que celle-ci a massacré froidement et sans remords 120 mille camerounais en trois ans, de 1959 à 1962 pour le simple fait que ceux-ci ont réclamé leur droit le plus inaliénable qui est celui de l’auto-détermination ? Je n’invente pas les chiffres car c’est le journaliste du Monde André Blanchet qui le dit suite à ses enquêtes alors que les camerounais quant à eux parlent de plus de 200 milles morts. En Algérie, il fut question de 700 mille morts durant cette guerre coloniale que la France niait jusqu’en 1999 et qu’elle désignait affectueusement par « évènements d’Algérie ». Au cours de la guerre d’Algérie, la France de De Gaulle avait créé des camps de concentration qu’elle avait rebaptisé « camp d’internement » dans lesquels elle torturait et abattait sauvagement les arabes qu’elle y emprisonnait. Des milliers de jeunes filles pour la plus part des adolescentes ont été arrachées à leurs parents qui furent exécutés et réduites en esclaves sexuelles que les soldats français que votre 5ème République a fièrement décoré plus tard, violaient passionnément et collectivement. Certaines des survivantes raconteront plus tard qu’elles étaient violées par au moins 100 soldats en une seule journée. De nombreuses tombèrent enceinte et eurent des « enfants sans père » qu’aujourd’hui vos camarades appellent amicalement « la racaille ».


Mlle Le Pen, comparer l’Apartheid aux bestialités de la France dans ses anciennes colonies est comme comparer une gifle à une décapitation. Loin de moi l’intention de minimiser les exactions du régime de l’Apartheid contre les Noirs dl’Afrique du Sud ou encore moins de justifier l’Apartheid mais il est important que je vous apprenne que votre France dont vous êtes si fière fut et continue d’être l’une des puissances impérialistes les plus cruelles de l’histoire de l’humanité. Dans mon pays le Togo, durant la conquête coloniale, les soldats français ont coupé les deux pouces à l’aide d’une hache, aux guerriers de l’ethnie Konkomba qui résistaient à l’occupation française munis leurs arcs et flèches. Mlle Le Pen, s’il vous est difficile d’imaginer la douleur que ces milliers d’hommes ont ressentie, je me propose de vous faire cette expérimentation mais malheureusement j’ai peur d’abimer vos maigres doigts qui n’ont surement jamais tenu une houe et un coupe-coupe de leur existence. C’est avec ces outils rudimentaires que des millions d’Africains ont cultivé des centaines de milliers d’hectares de force pour épargner la famine à votre peuple avant, pendant et après les deux guerres mondiales et la crise économique de 1929 qui ont rendu la France plus pauvre et plus féroce et qu’elle ne l’était déjà .



Votre pays la France a établi après l’abolition de l’esclavage et bien entendu du Code Noir, un autre code cordialement appelé « Le Code de L’Indigénat ». Ce code qui fut adopté en Juin 1881 et imposé aux peuples des colonies françaises en 1887, « distinguait deux catégories de citoyens : les citoyens français (de souche métropolitaine) et les sujets français (les indigènes). » Ce complexe de supériorité qui régente votre peuple et que votre parti ne cesse de témoigner à travers ses discours provocateurs vous donne le droit d’appeler les autochtones des pays que vous êtes partis piller, des « indigènes ». Ce code de l’indigénat réduisait de nouveau les Noirs à l’esclavage ; rebaptisé en « travaux forcés ». Dans les anciennes colonies françaises, les Noirs devaient travailler de force pour la France sans compensation aucune. Certains avaient le devoir de cultiver le café, le cacao, le coton et autres produits agricoles qui ne peuvent jamais germer sur votre pauvre sol français. D’autres devraient quant à eux construire les chemins de fer et les wharfs qui devraient permettre à la France d’exporter les produits qu’elle volait aux colonies et d’autres enfin, devraient servir les administrateurs de colonies comme hommes de chambres, cuisiniers, vaguemestres, coursiers etc. La punition était les coups de fouet, l’amputation, ou la mort pour ceux qui voulait résister à la bestialité française. Entre 1908 et 1909, plus de 1500 « infractions » au Code de l’Indigénat ont été réprimées au Congo-Brazzaville seul et « en 1928, Albert Londres journaliste au Petit Parisien » découvre que la construction des voies ferrées ou les exploitations forestières provoquent un nombre effroyable de morts parmi les travailleurs africains du Sénégal au Congo et dans son article il écrira ceci : « Ce sont les nègres des nègres. Les maîtres n'ont plus le droit de les vendre. Ils les échangent. Surtout ils leur font faire des fils. L'esclave ne s'achète plus, il se reproduit. C'est la couveuse à domicile. »


La répression dans les colonies françaises était si aigüe que des millions de personnes ont fui leurs villages pour s’installer dans les colonies britanniques. Robert Delavignette haut fonctionnaire, directeur de l’Ecole de la France d’outre-mer et spécialiste des questions coloniales a rapporté la migration de plus de 100,000 Mossis de la Haute Volta (actuelle Burkina Faso) à la Gold Coast britannique (actuel Ghana). Le journaliste Albert Londres quant à lui, révéla aussi que plus de 600,000 personnes ont fui les colonies françaises d’Afrique de l’ouest vers la Gold Coast et plus de 2 millions ont fui les colonies d’Afrique centrale et une partie de l’Ouest vers le Nigeria qui était aussi une colonie britannique. La barbarie inouïe des colonisateurs français était insupportable aux « indigènes » qui ont préféré la domination britannique à la domination française. Ne dit-on d’ailleurs pas « qu’entre deux maux il faut choisir le moindre ? »


Cependant, notez-bien Mademoiselle que la cruauté de cette France dont vous êtes si fière ne s’est pas arrêtée là. Afin de combler le vide dans ses colonies que les populations désertaient du faite de sa répression intense, la France « exportait » de force, comme des troupeaux, les Africains d’un pays à un autre pour les faire travailler dans ses plantations. Des milliers de personnes ont été parachutées de la Cote d’Ivoire à la Centre Afrique, du Sénégal au Congo et j’en passe.Et quand ces dernieres se sont décidées à obtenir leurs liberté de la France et à mettre fin à leur exploitation, domination, oppression et répression, la France les a massacré comme au Cameroun, en Algérie ou encore au Madagascar ou plus de 100,000 Malgaches ont été massacrés par les soldats français suite à leur soulèvement en 1947.


Mlle Le Pen, je peux écrire 1000 tomes d’un livre d’1 million de pages chacuns pour vous relater la politique nauséabonde de votre chère France dans ses anciennes colonies. Je peux également passer des années à réciter les exactions commises par votre adorable France dans ses anciennes colonies qui surpassent de très loin ce que les Noirs d’Afrique du Sud ont connu avec les Boers. Je peux peindre du sang des dizaines de millions personnes que la France a bombardées, fusillées pendues, trempées dans le l’acide, brulées vif, décapitées, enterrées vivant, chacun des millions de murs en France et toujours manquer de place pour y peindre les larmes qu’ont fait coulé et continue à faire couler votre France dans ses anciennes colonies.



Et pour finir, notez pour votre gouverne que les Mandela de ces anciennes colonies à savoir Toussaint Louverture, Sylvanus Olympio, Ruben Um Nyobé, Barthélémy Boganda, Félix Moumié, Outel Bono, Modibo Kéita, Marien N’Gouabi, Ali Soilih, Mahamoud Harbi Farah, Germain Mba, Aline Sitoé Diatta, Thomas Sankara pour ne citer que ceux-la, ont été exécuté par cette France dont vous êtes si fière.



Ne venez surtout pas Mademoiselle remuer le couteau dans notre plaie qui refuse de guérir parce que des ignares se permettent à chaque fois de débiter des sordidités comme vous le faites.

 

Farida Nabourema
Washington, le 19 Décembre 2013 

 

 

Moi-en-Code-Noir.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emilio 07/01/2014 01:03

" le bon temps des colonies" ... françaises ! "
pour qui ? pour le race superieure auto proclamee par la force du canon ?

http://www.afrik.com/article10151.html

Et pour les pavillons noirs de Cochinchine , l organisation de la famine par la glorieuse france coloniale au Tonkin. Les valeureux combattants anti imperialistes ont bien botte le fion des
coloniaux,par la suite, en reste quelques fossiles a eradiquer, ici meme . Merci Ho chi Minh .. pour tes "efforts" asiatiques. Un homme d honneur lui ..

http://www.rts.ch/archives/tv/culture/dossiers-de-l-histoire/3436298-debut-du-colonialisme.html

je suis blanc , c est ce que me montre un miroir mais mon sang est rouge .. comme tout le monde )))mes ancetres Bretons le voyait bleu , mais bon le vert et le bleu ont le meme terme en breton,
armor a zo glaz, la mer est bleue comme les arbres ... il n y a pas que la famille le pen qui fait de l humour .. entre daltoniens . Quoique la famille le pen , ce serait plutot la famille dalton,
et Marion Becassine ou becasse .. deputee française , elle ? oups pauvre France decadente, et l autre lobotomise Allemand qui parle d avenir pour ses 4 rejetons consanguins ..

Mustapha 06/01/2014 22:35

Je vous félicite Farida pour votre réponse cinglante. Marion Maréchal l'a bien cherché.

catel yvan 06/01/2014 16:46

bonjour Farida,
ces quelques mots pour vous féliciter de cette réponse concise et sans agressivité ; j'aurais été plus cru.
vous avez fait une analyse rapide mais efficace de ce que nos gouvernants ont fait dans le passé et qui continue à se perpétrer aujourd'hui ; je pense à la Libye, à l'Irak, au Mali, de justesse la
Syrie, la République Centre Africaine...et ces centaines de milliers de morts ; nos gouvernants continuent de vouloir s'emparer des richesses de l'Afrique et des pays du Moyen Orient
"désobéissants" . cette stratégie est une des conséquences du système capitaliste arrivé à son point ultime, l'impérialisme. tant que celui-ci sera debout il sera difficile et sanglant de sortir de
cette emprise. voilà la précision que je souhaitais apporter car la clé des grands changements attendus par les peuples du monde réside en la destruction de ce système et l'avènement d'un autre qui
sera basé sur la coopération et le respect mutuel : ce n'est pas une utopie, certains pays le font déjà (Amérique Latine, certains pays d'Afrique)
n'hésitez pas à consulter mon Blog sur lequel je passe aussi des infos sur l'Afrique, Berceau de l'Humanité.
très fraternellement,
yvan Catel, Salon de Provence

Birk 05/01/2014 23:36

http://m.slateafrique.com/84079/traite-mabanckou-tabou-africain-esclave

Un peu de perspective pour étayer l'Histoire - l'histoire de la colonisation n'est pas à sens unique - c'est l'histoire du monde. 2 siècles après et être tjs aussi virulent - ne présage pas des
envies de concorde au présent. Quand on fait des rappels historiques - on rappelle l'histoire entière - pas seulements les vérités qui abreuvent notre discours.

Gilles Poinsignon 05/01/2014 21:06

Merci, Mlle Nabourema
Je suis Français. Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de Français qui aient une notion de l'histoire véritable de la France - pas celle de l'Instruction Nationale. Pour ceux qui savent, il n'est
pas forcément facile de vivre avec cette image de la France. A l'école on nous a appris que notre pays incarne la démocratie, les Droits de l'Homme, et tout ce qu'il y a de valeureux sur la
planète. Je crois qu'il faudra beaucoup de temps pour rétablir la vérité. Alors écrivez, Mlle Nabourema, écrivez. Cela vous vaudra certainement des insultes et de la haine, que ce soit de la part
des ignorants, des imbéciles ou des méchants, mais il faut écrire. Il faut que la vérité réapparaisse. Je crois que l'ignorance est une ennemie terrible. Tout cette histoire doit être connue. Il ne
faut pas qu'elle recommence, ou plutôt, il faut que cela cesse.
Merci encore.
Abdelnour

DENAKPO AYAWOVI 05/01/2014 16:57

Quand je vous lis, j'ai la chaire de poule, tant par la pertinence de vos propos que par la qualité de votre écriture. Je ne suis pas loin d'imaginer le privilège que j'ai d'assister à la naissance
d'une aimée Césaire à la togolaise qui n'a rien à envier à son grand père de la Martinique! Bravo! Je vous soutiens entièrement dans votre démarche.

michel gaillot 31/12/2013 15:13

Bonjour Farida,

C'est en effet très bien - plus encore, absolument nécessaire de le rappeler, ne serait-ce comme vous le mentionnez que parce que nos livres d'histoire ont une nette tendance "justement" à ne pas
l'aborder frontalement, quand encore ils l'abordent - de rappeler tous ces faits. Faits atroces qu'on ne peut passer sous silence ou enterrer, au risque effectivement d'alimenter l'humiliation et
au-delà toutes les légitimes rancoeurs dues à ces ignobles violences et ainsi d'empêcher la plaie de se cicatriser.

Car - d'où ce message - j'ai le sentiment qu'il le faut aussi et que dès lors, afin d'essayer aujourd'hui de construire un présent plus décent, nous avons certainement (certes les yeux ouverts, en
pleine conscience, c'est-à-dire déjà à l'inverse en effet de cet abominable et insupportable négationnisme du "Front National" et de son idéologie nauséabonde...) à aller de l'avant.

Non pas oublier précisément tout ce qui s'est passé, mais - l'ayant en mémoire, afin en quelque sorte d'honorer la mémoire de ces innombrables victimes - essayer de construire un présent commun, où
dans ces différences même qui ont données lieu à cette infamie innommable, on en viendrait à faire preuve d'une ouverture et d'une co-existence enfin respectueuses, prouvant en quelque sorte que
nous pouvons - ce qui est la moindre des choses - vivre ensemble au-delà ou plus exactement au travers ou grâce à nos différences. Cela au lieu, dès que ça va mal et même sans cela, de nous
arcbouter ou de nous replier en permanence sur elles et de les invoquer, d'un côté comme de l'autre, comme vérité absolue ou unique (notamment quand elles touchent aux croyances ou au fait
religieux). Et dès lors de se considérer toujours comme "autre(s)", voire définitivement et irrémédiablement comme des ennemis (dont toutes les atrocités passées, telles que le prouve l'Histoire,
pour autant toutefois qu'on a le courage ou la décence de la regarder honnêtement, le montrent ou le confirment).

Les différences "irrémédiables" (comme ce dernier terme le laisse d'ailleurs entendre phonétiquement), voilà le seul ou du moins le plus grand Mal qui existe. Non pas dépasser nos différences et
chercher à les rendre transparentes, en les gommant ou en les niant, mais comme le disait déjà Édouard Glissant, vivre avec, vivre avec nos "opacités respectives", déjà à l'oeuvre - en amont de
chaque communauté (quelle qu'elle soit d'ailleurs) - dans chaque singularité d'existence, afin dans leur partage de s'en grandir, plutôt que sans cesse et si aveuglément, déjà par peurs ou par
bêtise, de faire d'elles des murs infranchissables...

Cela me paraît être, aussi naïf que ça puisse paraître encore aujourd'hui, la seule façon d'enfin vivre ensemble, tous ensemble, non pas dans une société idéale, mais au moins de s'en rendre
possible le rêve ou l'espoir. En ce jour particulier et puisque la coutume en préconise en quelque sorte la possibilité, voilà le seul souhait que j'émettrais aujourd'hui pour l'avenir, pour un
à-venir enfin commun ou construit en commun...

Bien à vous (que du bien, à vous TOUS...),

Michel Gaillot

joel 25/12/2013 10:22

Bonjour Madame,

Merci du courage dont vous faites preuve dans ce magnifique texte. Vous démontrez très bien ce que fut notre véritable histoire, celle de la France. Celle qui ne fut jamais enseigné dans nos
manuels d'histoire, ceux que nous avons ingurgité et ceux de nos enfants et petits enfants. Vous avez raison d’intervenir de la sorte, car sinon c'est la thèse révisionniste de la famille Lepen qui
fera manuel d'histoire. Honte à nos journalistes qui ont le pouvoir pour que notre véritable histoire soit dite sur nos ondes et tuyaux de communication et qui font l'impasse. Merci Madame.

Benoît 25/12/2013 00:19

Eh bien parfait, continuons a nous haïr les uns les autres. On ira loin comme ça. Merci Farida et merci Le Pen de vos propos communautaristes.

Je ne nie rien du tout et je serai bien plus heureux quand une parite sera instauree dans le monde.
Dans vos propos, j'ai vraiment l'impression que dans notre monde, si quelqu'un se tourne vers la nature plutot que vers la competitivite entre les peuple et aussi a l'interieur d'une seule societe
il se fera bouffer par les autres.
J'ai 31 ans et on doit vivre avec notre histoire ce qui n'est pas facile. Mais je ne vais pas me tirer une balle dans la tete parce que mes ancetres enfin plutot les dirigeants de mes ancetres ont
massacre et mis en esclavage des peuples entiers.
Je vous rappelle que des francais de pure souche comme vous dites etaient et sont toujours dans la misere.
Vous faites une opposition raciale noir blancs, arabe francais.
C'est impossible de mettre tout le monde dans le meme panier comme vous le faite et d'inciter au racisme.
Serieux, on se fait tous dupper par les lobbyistes et autres corrompus qui achetent nos politiciens font les lois. Educons nos enfant avec une connaissance du monde qui ne soit pas uniquement
interaciale ou nous ferons le jeux du monde d'aujourd'hui.
Merci

Cissé 24/12/2013 10:02

Excellente rétrospective à diffuser et enseigner sans modération!! chapeau bas!