" />

Publié par Farida Nabourema

Faure Gnassingbé achète deux vedettes navales d’une valeur de 7 millions d’Euros soit 4 milliards 500 millions de FCFA à  la compagnie française Raidco basée à Lorient en France.

 

Le-president-togolais-en-vedette-a-Lorient_article_top.jpg

Le voici qui pose fièrement dans son nouveau bijou qui selon lui servira à surveiller les cotes maritimes du Togo.

Depuis plus d’une année que les enseignants réclament une augmentation de salaire, Faure Gnassingbé lui ne pense qu’à augmenter son armement en achetant   des bateaux de guerre que le site griot du gouvernement Republic of Togo décrit en ces termes : « Ces armes sont toutes deux aussi dissuasives que destructrices. »

Dans le même temps, Republic of Togo annonce que le Togo vient de se faire octroyer un prêt de 6,5 milliards du Fond Saoudien du Développement pour réhabiliter la route Kpalimé-Atakpamé

Avec toutes les crises socio-économiques que traversent notre pays, la priorité de ce régime demeure l’armement. Les armes, les armes, les armes et pendant ce temps, enseignants grèvent, les étudiants ne perçoivent pas leurs aides, le toit  de l’assemblée nationale  coule, la radio du CHU Sylvanus Olympio est en panne, les victimes de l’incendie du grand marche de sont toujours pas dédommagées et le délestage bat son plein.

 

Demandez a Faure Gnassingbé combien d’ambulances et de véhicules de sapeurs-pompiers a-t-il achèté cette année ?

Avec ces 4 milliards 500 millions, il aurait pu dote toutes les 30 préfectures du Togo d’au moins une unité de sapeurs-pompiers ou tous les CHU du pays d’un nouveau scanner mais ici c’est Togo  comme on le dit dans le jargon !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Berthier Jean-François 26/12/2013 19:47

Chère Farida Nabourema, je vous remercie pour vos propos précis, engagés et déterminés. Comme vous, les propos de cette jeune députée de la malheureusement illustre famille Lepen ne me surprennent
plus mais me dégoûtent, une nouvelle fois comme preuve de la volonté farouche de certains acteurs politiques de réécrire l'histoire, notamment celle de la colonisation. Contrairement à des
chercheurs qu'ils soient historiens, sociologues ou économistes, un certain nombre de personnalités "intellectuelles" ou "politiques" à qui les médias offrent une place significative, assènent des
mensonges en guise de vérités, s'exonérant de la moindre justification à leurs propos nocifs.
Oui, la liberté d'expression doit être défendue, cependant il est dommageable que si peu de critiques de personnalités "intellectuelles" ou "politiques" ne se lèvent contre de tels propos
mensongers, orduriers, racistes, négationnistes, révisionnistes, etc.
Aussi, je vous remercie pour votre courage à publier cette réaction quand on imagine les commentaires nauséabonds (facilités par l'anonymat des échanges en ligne) des fervents supporters de la
députée menteuse que vous nommez que vous risquez de recevoir. On peut les imaginer à leur tour grossiers, racistes, etc.
Si les personnes de bonne volonté portant pour projet de contribuer à une société réellement responsable et vivable assumaient ensemble de nommer les erreurs, crimes et responsabilités de
l'histoire nationale, afin que celle-ci serve pour enseignement, et ne laissaient plus l'avantage aux révisionnistes et réactionnaires de tous bords politiques, nous aurions une chance de grandir
et de construire.
Malheureusement, les personnalités de votre genre ne sont pas si nombreuses à prendre la parole. Je vous encourage à continuer et motiver ainsi bien d'autres.
La honte doit changer de camp; les criminels doivent être cités, vivants ou posthumes pour assumer leurs responqsabilités, et leurs adorateurs ou complices doivent apprendre ce que la république,
la natioin, la citoyenneté impliquent: aucune gloire ne saurait être attribuée à quelconque entreprise impériale, aucun crime ne saurait être justifié.
La vivacité et la multiplicité des mouvements récents et actuels autour de la planète, révolutionnaires, indignés, insurgés contre les dictatures et les violences systémiques, et des initiatives
comme celles visant une contribution populaire à l'écriture de l'histoire par les victimes "sans-voix", sont autant de preuves que le sens de la justice sociale n'échappe plus au plus grand nombre.
Vous vous inscrivez dans ce combat, semble-t-il, merci à vous.
Les tortionnaires et les colons ont eu leur gloire; le temps de la grandeur coloniale sanglante est passé.
Le monde actuel demande justice.
Cordialement, fraternellement.