" />

Publié par Farida N

 

 

 

 

La communauté Internationale  n’est pas africaine

Bien que je ne puisse pas  décrire objectivement le cas de la Cote d’Ivoire comme étant malheureux ou heureux (ceci dépendra du jugement des uns et des autres),  je trouve qu’a quelque chose à malheur est bon. En Afrique francophone, il est vraiment rare d’avoir des élections pacifiques, libres et transparentes. Ceci n’est seulement pas causé par le manque de maturité politique des populations mais surtout par de l’ingérence de ce groupe impérialiste et mafieux que les néo-colons ont baptisé « Communauté Internationale ».  Les africains comprendront-ils un jour que la Communauté Internationale n’a pas été crée par les africains, n’appartient pas aux peuples africains et n’est pas la pour défendre les intérêts de l’Afrique ? La situation actuelle de la Cote d’Ivoire révèle le vrai visage de cette communauté internationale qui n’intervient que pour défendre et protéger ses intérêts.

 

Qu’appelle-je communauté internationale ?

En Afrique quand l’on entend parler de la communauté internationale l’on pense a L’ONU, a l’Union Européenne,  l’OTAN et tous ces organismes internationaux qui se disent lutter pour le respect des droits de l’homme et promouvoir la paix et la stabilité dans le monde. Les organismes les plus puissants de cette communauté internationale sont majoritairement occidentaux. Ces organismes ont été crées par les occidentaux pour les occidentaux et non pour les peuples africains et asiatiques qu’ils font semblant d’assister et d’aimer mais en fait retardent et dédaignent.

 

Qui emploie la communauté internationale ?

La communauté internationale qui roule avec des billions de dollars est une machine impérialiste qui a pour but de maintenir les autres peuples dans la dépendance afin de continuer à dominer ces derniers.  Elle est financée par les puissances mondiales et les personnes les plus riches de ce monde pour protéger les intérêts de ces capitalistes sauvages. Et cet argent que débitent les puissances étrangères et les hommes les plus fortunés de ce monde proviennent des profits tirés de l’exploitation et de la domination des pays du tiers monde par le biais des ces compagnies multinationales qui prônent la mondialisation (une version moderne de la colonisation).

Toutes ces compagnies multinationales sont en fait les vrais dirigeants de ce monde. Ils choisissent et les dirigeants des pays africains et  ceux des des pays occidentaux car ce sont eux qui financent les campagnes électorales a l’occident et organisent des élections troubles dans les pays du Sud.  Les Sarkozy doivent leur sélection à Maman L’Oréal, Bolloré et Areva  et les Obama doivent la leur à BP, Wall Street et autres.  Et ces élus occidentaux  sont supposés retourner l’appareil aux compagnies qui ont aidée leurs élections grâce aux milliards déboursés dans leurs campagnes et à la manipulation de la masse faite par leurs medias super puissantes.

 

Que fait la Communauté Internationale en Afrique ?

Le rôle que joue la communauté internationale en Afrique est très simple. S’assurer que les dirigeants des pays africains sont  favorables à l’occident et aux compagnies occidentales. S’assurer que ces derniers sont prêts a laisser la main libre aux compagnies occidentales dans l’exercice de leurs fonctions qui est l’extraction quasi-gratuite de nos ressources minières et  naturelles et l’emploi quasi-bénévole des pauvres populations du tiers monde. Ensuite, la communauté internationale a pour rôle d’entretenir de très bonnes relations avec les dirigeants fantoches afin que ces derniers supportent les lois et les législations qu’ils feront passer contre le bien être des populations du tiers monde. Ensuite, la communauté internationale est supposée maintenir les populations du tiers monde dans la dépendance en étouffant toutes les petites et moyennes entreprises dans ces pays, en ayant le monopôle de vente et d’achat  de tous les produits consommés et fabriqués par les Africains. Aussi, la communauté internationale contrôle tous les biens et les ressources de tous les africains pauvres comme riches par le biais de leurs banques et de leurs micro-finances qui de façade sont supposés aider les populations africaines mais en réalité sont un moyen de s’assurer que ces derniers n’investissent pas dans les domaines extrêmement rentables qui pourraient accélérer leurs revenus  et faire d’eux des potentiels compétiteurs des occidentaux. Enfin, la communauté internationale a pour rôle de faire croire aux populations africaines que sans l’occident elle sera toujours misérable et ne s’en sortira pas. Ceci se fait par le biais de plusieurs ONG et medias occidentaux qui se prolifèrent dans tous les coins de l’Afrique.

 

Toute l’Afrique est-elle dupe ?

Il est vrai que la plus grande partie de la population africaine n’est pas instruite et ignore tous ces détails sociopolitiques. Cependant, nous avons des milliers d’intellectuels qui comprennent  parfaitement le fonctionnement de ces institutions internationales. Mais ou sont-ils et que font-ils ? Moi je les subdivise en  trois groupes. ( 1) D’aucuns sont carrément rattachés a ces occidentaux mafieux pour mieux nous piller, (2) d’autres contournent le problème par peur de s’attirer les foudres de cette puissante « communauté internationale » et (3) quelques rares résistent ouvertement a l’impérialisme et la domination .  Malheureusement, les résistants sont les moins nombreux mais les plus tristement célèbres.  Un dirigeant ou leader africain qui se lève contre l’impérialisme est automatiquement un ennemi de l’occident et ces derniers prennent toutes les mesures pour les détruire ou les rendre impopulaires. Je vais illustrer les trois différentes catégories de leaders africains dont je parle en prenant l’exemple du Gabon, du Togo et de la Cote d’Ivoire.

 

Le cas du Gabon

Ali Bongo est d’emblé le candidat de l’occident car il a hérité d’un régime politique instauré au Gabon par l’occident. Pour avoir défendu et protégé  les intérêts de la France  pendant des décennies, le PDG est le parti de la France au Gabon et le candidat du PDG est automatiquement le candidat de la France. Il est plus facile de collaborer avec un voleur expérimenté qu’un voleur débutant. La France sait donc qu’elle pourra plus compter sur Ali Bongo qu’André Obame qui n’est pas totalement hors de l’emprise occidentale mais ne saura peut être pas  défendre les intérêts de la France aussi bien que le fils Bongo  qui lui est un habitue du système françafricain. C’est ce qui explique le choix  la France de supporter Ali Bongo. La France a donc usé de son expertise en fraude électorale pour s’assurer que le fils du domestique françafricain Omar Bongo prenne le pouvoir au Gabon dans les conditions déplorables. La communauté internationale représentée par l’Union Européenne et L’ONU a remporté sa victoire au Gabon. Ali Bongo est dans la 1ere classe de dirigeants africains qui s’allient à l’occident pour s’enrichir et protéger les intérêts des occidentaux ou de cette soit disante  Communauté Internationale.

 

Le cas du Togo

Jean Pierre Fabre, principal leader actuel de l’opposition togolaise fait partie de la deuxième classe. Celle qui sait ce a quoi joue la communauté internationale mais évite de dénoncer celle-ci de peur de s’attirer des ennuis plus graves que ceux auxquels il fait déjà face. Les élections présidentielles du 4 Mars derniers au Togo ont porté Faure Gnassingbé, le fils du fantoche historique de la France vainqueur avec plus de 60% des suffrages.  Tout le monde sait pertinemment bien que c’est impossible que Faure Gnassingbé remporte une élection à un seul tour au Togo avec plus de la moitie des suffrages. C’est même inimaginable que 60% de la population  togolaise soit favorable au RPT (Rassemblement des Pilleurs du Togo). Mais la communauté Internationale représentée comme toujours par l’Union Européenne fut la première à  approuver ces résultats truqués et a féliciter le rejeton d’Eyadema.

Jean  Pierre Fabre n’a jamais attaque ouvertement la communauté Internationale parce qu’il  a peur d’aggraver sa situation et celle du peuple togolais en le faisant. Les marches hebdomadaires du FRAC étaient au départ organisées dans le but de contester les résultats imposés  au peuple togolais par la Communauté Internationale. L’intention était de faire sortir dans les rues des centaines de milliers voire des millions de togolais pour prouver a la Communauté Internationale que c’est impossible que Faure Gnassingbé puisse remporter des élections au Togo avec plus de 60%  des voix quand tous ces centaines de milliers ou millions sont opposés au régime ne place.  Le FRAC à réussit à drainer plus de 800 milles togolais dans les rues de Lome ; la capitale togolaise. 61% de la population togolaise en âge de voter est d’a peu prêt  1, 830,000. Mais a Lome seule, Fabre a fait sortir plus du tiers de cet électorat. Ceci dit, même si aucun togolais n’a voté pour Jean Pierre dans toutes les autres villes du Togo a part Lome, il est toujours impossible que Faure Gnassingbé remporte les élections avec 61% des votes. 

Jean Pierre Fabre a réussit à prouver a la communauté internationale ce que cette dernière sait déjà. Faure Gnassingbé n’a pas été élu par le peuple mais plutôt par la Communauté Internationale.  Mais ou en sommes-nous au Togo ?

 

 

Le cas de la Cote d’Ivoire

La Cote d’Ivoire fait couler beaucoup d’encre et c’est sa situation qui m’a décidé à faire cette analyse. L’opinion africaine est partagée dans le cas de la Cote d’Ivoire. Certains africains soutiennent Gbagbo parce que c’est l’un des quelques rares dirigeants africains qui n’est pas sous la coupe de la Communauté Internationale. Les africains anti-impérialistes l’admirent pour cela. Mais dans le même temps, ces africains qui apprécient Gbagbo sont divisés en deux groupes. Le premier groupe pense que Gbagbo a remporté les élections et que Ouattara a fait des fraudes grâce au concours de la communauté Internationale et Gbagbo fait bien selon ces derniers de garder le pouvoir. Le deuxième groupe d’africains qui estiment Gbagbo  disent que les élections ont été remportées par Ouattara et que même si Gbagbo est leur candidat favoris, ce dernier devrait respecter le choix des ivoiriens et rendre le pouvoir a Ado. Les deux partis soutiennent et défendent des nobles principes.  L’un soutient la démocratie et l’autre combat l’impérialisme et la domination étrangère.  Ceux qui soutiennent la démocratie pensent que Gbagbo doit laisser le pouvoir a Ouattara même si ce dernier et suspicieux et ceux qui luttent contre l’impérialisme pensent que Gbagbo ne doit pas laisser le pouvoir entre les mains d’une marionnette  des impérialistes. 

Ces deux groupes qui depuis quelques jours sont en désaccord défendent tous une même cause sans s’en rendre compte. Il s’agit de la liberté des peuples à disposer d’eux même. Le pouvoir entre les mains de Gbagbo veut peut être dire la domination des ivoiriens par un ivoirien et le pouvoir entre les mains de Ouattara veut dire la domination des ivoiriens par les étrangers ; bref la Communauté Internationale.

Entre deux maux il faut choisir le moindre mais je souhaite souligner que la conception du mal est très subjective et que les maux de la Cote d’Ivoire diffèrent d’un individu a un autre. En ce qui me concerne, seuls les ivoiriens doivent décider  de qui va et peut les diriger. Si les ivoiriens trouvent que Gbagbo est incompétent et choisissent Ado, leur choix doit être respecté. Mais si les ivoiriens trouvent qu’Ado est nuisible et préfèrent Gbagbo, et bien qu’on respecte aussi ce choix. Mais cette situation est délicate car les élections n’ont pas été transparentes en Cote d’Ivoire.  Les magouilles organisées par chaque parti font que l’on ne sait pas vraiment qui a gagné ou qui a perdu ces élections. Je me demande ce pourquoi les milices de Ouattara qui se dit vainqueur prennent en otage les représentants de Gbagbo dans le nord du pays ? Vous avez gagné et avez le soutient de la Communauté Internationale. Pourquoi utilisez-vous encore la force et l’intimidation ? Suspens………..

Je me demande aussi pourquoi la CEI n’a pas respecté les délais que le code électoral et la constitution ivoirienne lui impose et annonce Ouattara vainqueur hors délais dans les conditions que nous connaissons tous ? Suspens…….

La Communauté Internationale a ouvertement choisit Ouattara comme dirigeant de la Cote D’Ivoire car cette dernière a annoncé sa victoire sur les media étrangers et a bénéficié d’une grande propagande des medias  internationaux.  Dans  des conditions pareilles, la victoire n’appartient pas forcement a celui qui a été élu par le peuple mais a celui qui réussit à prendre le pouvoir avec ou sans la force.

 

Le principe de la souveraineté.

L’ONU et toutes les instituions internationales sont supposées respecter la souveraineté de tous les états selon le traite de Westphalie qui a été ratifié en 1648. Ce traité stipule que chaque état est souverain et bannie l’ingérence des pays ou institutions dans la politique domestique d’autres états. L’ONU prône la souveraineté  de chaque pays et n’est pas supposée de s’ingérer dans les affaires domestiques d’un pays en moins que ces affaires ne portent atteinte a la sécurité d’autres états.

Le traité de Westphalie n’a jamais été respecté dans les pays africains car ce sont les puissances étrangères qui décident de qui dirige nos pays. Ouattara n’est pas supposé prêter serment devant l’ONU car ceci enfreint non seulement le traité de Westphalie mais viole également la constitution ivoirienne.

Que le courage et la clairvoyance soit du cote des ivoiriens. ……

 

Parallélisme entre la Cote d’Ivoire et le Togo

Plusieurs togolais sympathisent avec Ouattara parce qu’ils comparent Gbagbo et Faure Gnassingbé. Je comprends parfaitement ces derniers qui luttent pour la démocratie et qui ne souhaitent en vérité que le bien être des ivoiriens et d’autres peuples africains. Cependant, je souhaite attirer l’attention de ces compatriotes sur  quelques points. Pourquoi la Communauté Internationale approuve toutes les décisions  de la Cour Constitutionnelle togolaise mais désapprouve celles de la cour ivoirienne ? Pourquoi la Communauté Internationale permet à Ouattara de prêter serment  par courrier en violant ainsi  la constitution ivoirienne mais n’a pas permis a Jean Pierre Fabre d’en faire de même au Togo? Pourquoi la Communauté Internationale sous prétexte de lutter pour la démocratie en Cote d’Ivoire arme les civiles contre le gouvernement ivoirien mais fait le contraire au Togo en armant le gouvernement pour violenter les populations togolaises?  Pourquoi la Communauté Internationale ne prône-t-elle  pas la paix l’amour et la réconciliation nationale en Cote d’Ivoire comme elle le fait au Togo ? Pourquoi la communauté internationale ne laisse –t-elle- pas Ouattara et ses militants marcher dans les rues d’Abidjan chaque semaine pour contester le « coup de force » de Gbagbo comme le font les togolais depuis presque 9 mois avec Jean Pierre Fabre? Pourquoi la communauté internationale n’a-t-elle pas recommandé a Ouattara de saisir les instances nationales du pays et de résoudre ce problème électoral tout seul comme ce fut le cas avec Jean Pierre Fabre ?  Pourquoi la Communauté Internationale n’a prise aucune sanction contre le régime de Faure Gnassingbé qu’elle reconnait avoir massacré plus de 500 togolais en 2005 mais n’hésite pas à condamner la mort des ivoiriens qui ont perdus leur vies durant ces élections en Cote d’Ivoiriens et n’hésitera pas à prendre des sanctions contre  Gbagbo dans les jours à venir. Ou  se trouvent les sanctions et les embargos contre Faure Gnassingbé ?  Chers compatriotes, trouvez moi je vous en prie des réponses a ces questions  et dites moi si  elles correspondent a cette conclusion : «  Ouattara  n’est pas le candidat des ivoiriens tout comme Faure Gnassingbé n’est pas celui des togolais. »

 

 

Ma position

Je fais partie de ces africains anti-impérialistes qui préfèrent un dirigeant non manipulable par les occidentaux à un fantoche de l’occident. Je fais également partie de ces africains qui prônent  la démocratie et la liberté des peuples à choisir leur propres dirigeants. Si les élections avaient été transparentes en Cote d’Ivoire et que Ouattara avaient effectivement remporté ces élections, j’aurais respecté le choix des ivoiriens. Mais dans des conditions vaseuses dans lesquelles ce deuxième tour a eu lieu en Cote d’Ivoire,  j’en déduis qui les deux candidats ont les mains sales et qu’aucun des deux n’a respecté la décision du peuple ivoirien.

En tant que partisane de la démocratie, je trouve les deux candidats non-démocratiques pour le simple fait que tous deux ont essayent de s’imposer au peuple ivoirien. Ni Laurent Gbagbo ni Alassane Ouattara n’est fiable et n’a respecte les principes de la démocratie. La partie démocratique étant invalide en Cote d’Ivoire, il ne me reste plus qu’a défendre l’anti-impérialisme.  Et en tant qu’anti-impérialiste et plus principalement anti-Françafrique, des deux candidats,  je choisis celui qui luttera contre la domination étrangère en Cote d’Ivoire  et ne bardera pas les intérêts  de l’occident au détriment de ceux de la Cote d’Ivoire. Ceci dit, je me penche du coté de Laurent Gbagbo et félicite ce dernier  de mener une lutte noble contre la néo-colonisation et l’impérialisme.

 

 

 

« Nos vies valent plus que leurs profits ! » Olivier Besancenot

 

 

 

 

Farida Nabourema