" />

Publié par Farida Nabourema

faure-gnassingbe

Apres avoir lu le message du président Obama envoyé a tous les fonctionnaires fédéraux américain au début « shutdown » il y a deux semaines et ensuite celui envoyé le 17 Octobre 2013 quand les activités du gouvernement ont repris, je ne pus m’empêcher de me demander pourquoi au Togo, nos dirigeants et celui-ci qui se fait appeler président ne peut-il pas, un tant soit peu, avoir un peu d’égard vis-à-vis de son peuple ?

 

 Dans le premier message, Barack Obama a présente ses excuses aux fonctionnaires pour la situation dans laquelle ils se trouvaient tous, leur a fait la promesse de tout mettre en œuvre pour que leurs activités reprennent le plus tôt et pour que leurs salaires leurs soient payés pour le temps passe à la maison. Il leur a signifié son soutien, sa compassion, son admiration et a insisté sur le fait que ces fonctionnaires sont tous importants pour la nation et accomplissent un travail formidable pour servir le peuple américain.

Dans la seconde correspondance il leur a souhaité un excellent retour à leurs fonctions respectives, les a remercié pour leur patience et leur a encore une fois signifié que ce sont eux qui travaillent pour que les citoyens américains vivent confortablement et que toute la nation leur est reconnaissante. Il a remercié aussi bien ceux qui ont travaillé sans salaire que ceux qui sont restes à la maison et leur a promis une fois encore de tout faire pour que leur dû leur soit rendu le plus tôt possible. Et enfin, il leur a fait savoir qu’ils soient républicains ou démocrates, ce sont avant tout des citoyens américains et chacun d’entre eux a la responsabilité et l’obligation de servir le peuple américain qui comptent énormément sur eux.

 

 Devant ces messages, je me suis demandé pourquoi Faure Gnassingbé lui n’a-t-il pas un minimum d’egard vis-à-vis des fonctionnaires togolais ? Un minimum de respect pour ces gens qui depuis 52 ans, n’ont jamais eu une augmentation de salaire malgré les inflations et les dévaluations. Ces brillants enseignants, médecins, forestiers, infirmiers, policiers et autres fonctionnaires qui depuis des années ne demandent qu’à être rémunéré a la juste valeur de leurs efforts. C’est une chose que le pays soit en crise et ne puisse peut être pas répondre a tous les besoins des fonctionnaires. Mais qu’elle qu’en soit la situation, un chef d’état digne de ce nom qui respecte son peuple et ces hommes et femmes qui travaillent pour son pouvoir, ces personnes qui constituent le pilier de son gouvernement et sans qui la nation ne peut exister doit au minimum communiquer avec ceux-ci. Un président respectueux doit avoir un peu d’estime pour ses fonctionnaires en s’adressant a eu pour au moins les remercier de leurs services, leur signifier sa compassion, leur attester sa sympathie et leur expliquer ce pourquoi il peut ou ne peut pas honorer leur demande et enfin leur dire quelles mesures il compte prendre pour réduire leurs difficultés financières, professionnelles, familiales auxquels ils font face.

 

Mais Hélas ! Au Togo, le sieur président n’en a que faire de ces « petits fonctionnaires ». Quand il ne choisit d’ignorer tout simplement les grèves, les protestions et les lettre des fonctionnaires, ils insultent l’intelligence de ceux les rares qu’il ose l’ouvrir pour raconter des âneries comme quoi « ce sont des fonctionnaires manipules par l’opposition ». Un doyen de la faculté d’Histoire de l’Université de Lomé a dit que 24 professeurs d’universités sont décédés en 2012 faute de soins car ils étaient trop pauvres pour se soigner. Dans un pays comme le nôtre ou nous avons un manque crucial d’universitaires, comment pouvons-nous laisser mourir les quelques-uns qui ont accepté de faire des sacrifices pour former les futurs cadres de demain en ne s’offrant pas aux universités étrangères et privées ? Et comment un chef d’état peut-il rester indifférent et garder le silence en de telles situations ?

 

Cela s’appelle tout simplement du mépris, de l’irrespect et de l’irresponsabilité. Et c’est ce qu’incarne Faure Gnassingbé !