" />

Publié par Farida Nabourema

 

 

LiberteQuatre mois déjà que le Collectif Sauvons le Togo à travers ses actions, réussit à démontrer au monde entier que le peuple Togolais ne souhaite plus du tout être dirigé par le régime militaro-dictatorial des Gnassingbé. Faure Doit Partir devient ainsi le Leitmotiv de millions de togolais de par le monde.Mais dans toute cette hyper-sensitivité et excitation que suscite le départ de Faure Gnassingbé au sein du public togolais, il est très important de relever certaines choses des lors afin d’éviter de tomber dans certains pièges que nous, peuple togolais risquons de nous tendre nous-mêmes.

Dans toute lutte, il y a et aura toujours des personnes qui pour une raison ou une autre feront défection ou trahiront. Conscients de cela, la première règle dans la lutte est de savoir rester serein face à ces situations et de continuer le combat plus ardemment afin de combler le vide puis ne jamais s’éloigner des objectifs principaux et mesurer les impacts qu’auront chacune de ses décisions et actions sur ces objectifs. Il vaudrait mieux sacrifier une bataille pour gagner la guerre que de consacrer toute son énergie à remporter une batille pour finalement perdre la guerre.L’objectif principal de la lutte que mènent les Togolais depuis des décennies est celui de La Liberté. La liberté dans tous ses sens et dans toutes ses formes à savoir interne et externe, politique, économique, culturelle, militaire, religieuse etc. Les Togolais luttent pour un Togo libéré de toute forme de domination. Un Togo dirigé par eux et pour eux. Un Togo qui n’aura pas besoin de quémander pour nourrir ses enfants. Un Togo qui n’aura pas besoin de vendre sa dignité pour du pain. Un Togo qui comme l’affirme notre hymne nationale sera “L’or de l’humanité”.

A cet effet, les dirigeants du Collectif Sauvons le Togo et leurs militants doivent savoir que nous ne nous battons que pour cette liberté la. . Quoi que nous sacrifions, nous le faisons pour cela également et ne devons JAMAIS marchander notre liberté pour le départ de Faure Gnassingbé. Faure Doit Partir et Partira mais il partira pour que nous soyons Libres et non pour que nous demeurons des esclaves. Le départ de Faure Gnassingbé va de soit avec le départ d’un système mafieux, maillon d’une chaine internationale de trafique de conscience et de dignité humaine. Une chaine ultra-mafieuse qui comme dans les Favelas colombiennes nous laisse le piètre choix entre « la vie précaire »  et la mort.

Il est inadmissible que dans nos rangs, nous tolérons des personnes qui proposent de marchander nos richesses pour notre liberté. Des personnes comme Mr Kofi Yamgnane, qui  sans vergogne eu affirmé par le passé être reconnaissant à la France de nous avoir colonisé. Un monsieur qui sans honte a dit s’être opposé a l’indépendance du Togo et avoir lutté aux cotés des progressistes afin que la France demeure maitresse du Togo. Un monsieur au complexe plus immense que ses ambitions qui avec fierté a affirmé “Penser en français puis traduire en Bassar” ; sa langue maternelle qu’il ne regrette pas ne plus pouvoir parler comme tout natif de Bassar ayant grandit dans son village. Un monsieur qui ose dire que les Togolais regrettent l’époque coloniale parce qu’après des décennies de travaux forcés, la France aurait construit des minables écoles dites gratuites et aurait formé moins de 150 universitaires  après 40 années de domination. Un monsieur qui fait partie de ceux qui se sont réjouis du coup d’état répugnant de 1963 au cours duquel Feu Sylvanus Olympio fut assassiné. Un monsieur Yamgnane qui après tout un tapage médiatique a prétendu rentrer au Togo pour regagner les compatriotes combattants du Collectif Sauvons le Togo alors qu’il s’y rendait comme tout bon natif de Bassar aliéné et fier d’avoir un peu de jeton, rentrer célébrer la fête des ignames pour mystifier les jeunes villageois qui eux n’ont jamais la  “chance malchanceuse” de voyager dans « le pays des blancs ». Un monsieur qui festoyait aux cotés des personnes à la nullité inouïe comme Mr Abass Bonfoh et qui s’affichait sur les ondes nationales de la Très Vilaine Télévision (TVT) en compagnie de ses vrais amis; les bourreaux du Togo. Et enfin, un Yamgnane qui sans nous surprendre juge bon de polluer la lutte des vaillants togolais par des critiques acerbes et des remarques tarées du genre “ les reformes ne se font pas dans la rue, çà se discute à l’Assemblée » comme ci la France dont il clame être plus fer que le Togo s’est libérée en 1789 à l’Assemblée  ou encore s’est débarrassé du gouvernement Pétain à l ’Assemblée.

Toutes les personnes qui comme Mr Yamgnane nous parlent de dialogue, critiquent la lutte populaire, accusent les combattants et non les oppresseurs et vouent une admiration et un respect démesuré a “l’Empire Occidental” sont à bannir de nos rangs. Toutes les personnes qui nous suggèrent de négocier notre liberté avec l’Union Européenne méritent la porte. Et toutes les personnes qui pensent que nous sommes sots pour offrir les richesses du Togo en gage de notre liberté à l’Empire Occidental sont des traitres et des futures traitres.
Nous ne marchanderons pas nos richesses pour notre liberté.

Il n’est pas question de sacrifier la lutte du peuple Togolais pour des postes fallacieux de présidents et de premiers ministres. Les titres, nous n’en voulons pas. Durant l’époque coloniale, après avoir essuyé une honteuse défaite lors des referendums du 27 Avril 1958 au Togo et du  28 Septembre 1958 en Guinée, De Gaulle a réalisé qu’il serait judicieux, pour préserver les intérêts de la France, ne plus organiser d’élections afin d’éviter que des nationalistes comme Sylvanus Olympio et Sekou Touré ne prennent le pouvoir. Il a donc decidé d’offrir l’indépendance à tous les autres pays francophones de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en prenant soin de mettre des pantins au pouvoir qui continueront a servir aisément  la France. C’est ainsi que des personnes politiquement perverses comme Houphouët Boigny, Léon M'ba et Léopold Sédar Senghor sont devenues présidents.


Aujourd’hui, encore une fois, ils réussissent à nous manipuler avec des mots comme « alternance et révolution ».  Se disant que tout ce qui nous intéresse c’est de voir les dirigeants actuels partir, ils souhaitent au cas où nous demeurons décidés à voir certains dirigeants partir comme c’est le cas avec Faure Gnassingbé, les remplacer par d’autres laquais et nous faire croire que nous avons réussit notre révolution et avons obtenu notre alternance alors qu’en réalité, nous n’aurions effectué qu’une rotation.
Apres avoir réussit a convaincre certains des nôtres, à a savoir des activistes désireux de voir le Togo véritablement libre, à croire que sans eux nous n’y arriveront jamais, et après avoir employé des semi-compatriotes ambitieux comme Mr Yamgnane pour semer la zizanie et la confusion dans nos rangs et justifier les trahisons et les défections dans le but de maintenir le plus gros mensonge politique qu’est : « Il n’y a pas d’alternance au Togo parce que l’opposition n’est pas unie », comme s’il eu fallu que François Hollande et Marine Le Pen s’unissent pour que l’alternance s’effectua en France, ils nous offrent comme d’habitude le choix entre la vie précaire qu’est l’acceptation de devenir leurs fantoches et de prendre le pouvoir ou la mort qui sera la maintien de Faure Gnassingbé et notre massacre. Nous choisissons la mort car nous préférons mourir dignes que de vivre comme des zombies. Nous ne marchanderons pas nos richesses pour notre liberté.

Il faut coute que coute que nous, peuples togolais maintenons notre position. Nos grands parents ont combattus la France sans armes, sans téléphones, sans internet, sans savoir ni lire ou écrire, sans avoir jamais vu la carte de la France pour réaliser à quel point elle est vide de richesses et pauvre. Ils ont combattus sans relâche, furent battus, se sont relevés et se sont rebattus et ils ont finalement vaincus. Aujourd’hui nous avons des outils qui nous permettent de réaliser des choses que nos grands parents n’auraient jamais pu imaginées possible. Notre génération a plus de pouvoir, de richesses, de force physique, psychologique et intellectuelle que les précédentes. Nous n’avons donc aucune excuse pour échouer et refuser de faire les sacrifices nécessaires pour  « Sauver le Togo ». Notre devise est « Travail-Liberté-Patrie- et nous travaillerons pour libérer notre patrie. Que les paresseux quittent nos rangs. Nous ne marchanderons pas nos richesses pour notre liberté.

Nous devons et allons nous battre pour la vrai Liberté. Nous ne remplacerons pas un laquais par un autre. Nous chasserons Faure Gnassingbé de même que ses  collègues oppresseurs qui se nourrissent du sang des togolais. Nous ne négocierons pas notre Liberté avec l’Union Européenne. Et comme le suggèrent certains, nous ne dirons pas “aux blancs” que nous avons un port en eau profonde, du phosphate, du calcaire, du manganèse et des terres riches ainsi qu’un immense marché afin de nous attirer leurs « faveurs et aides » que certains jugent nécessaires pour faire partir Faure. De Gaulle disait que « la France n’a pas d’amis mais que des intérêts » mais nous démontrerons aux descendants de ce dernier que La France a intérêt a nous avoir comme ami sinon ce sera elle qui mourra de faim et de soif car nous sommes sa garde manger et les moyens de l’affamer, nous les possédons bien que nous n’en faisons presque jamais usage. C’est à la France et à l’Union Européenne d’écouter et  d’accepter nos conditions ; pas l’inverse. Et des ordres, nous n’en recevrons ni de l’un, de l’autre car nous sommes un peuple souverain.

Par ailleurs, il va falloir signifier à la France ainsi qu’à  l’Union Européenne que la puissance ne se limite ni a l’Occident ni au Nord et que s’ils s’obstinent à nous opprimer et à a soutenir leurs valets dictateurs, nous irons voir ailleurs c'est-à-dire à l’Orient et au Sud. Il n’y a plus rien que la France ou l’U.E puisse nous offrir que nous ne possédons déjà et leurs arnaques appelées dialogue, nous n’y assisterons plus. Qu’ils demandent simplement à leurs valets de se retirer avant que nous ne les dégageons et eux avec. Le dialogue, qu’ils l’offrent à la Syrie ou à l’Iran car au Togo, ce disque est rayé ; nous ne dansons plus au rythme de cette musique.

Nous ne marchanderons pas nos richesses pour notre liberté car les deux sont intrinsèquement liés. Nos richesses nous rendront libre et notre Liberté fait notre richesse. On a perdu des batailles mais la guerre on la gagnera car notre détermination ne se vend et ne s’achète pas. Que les attributs d’extrémistes, de radicaux, de terroristes ou d’antioccidentaux pleuvent comme a l’accoutumée. Nous n’en sommes plus intimidés. Que les traites s’en aillent en paix. Nous, nous restons là et serons le pire cauchemar de ceux qui s’entêtent à vouloir nous opprimer  et jamais nous n’achèterons notre liberté comme ce fut le cas de certains esclaves  qui pour être libres, ont mis les bouchées doubles afin de gagner quelques centimes et de s’acheter de leur maitres. Non, c’est fini toute cette pagaille. Nous sommes au 21e siècle et bien que le Togo eu accuse du retard dans différents domaines nous sommes politiquement plus matures que les esclaves du 18e siècle. Le Togo n’est pas une plantation caribéenne et notre liberté n’appartient ni a la France, ni a l’Union Européenne, ni aux Etats-Unis, encore moins à Faure Gnassingbé ou à Kofi Yamgnane. Notre liberté n’appartient a personne et n’est pas à vendre. Nous briserons partout les chaines de la traitrise et nous vaincrons ou mourrons mais dans la dignité. Le Togo est une nation et les Togolais sont un Peuple qui se veut Libre et Souverain et quelque soit la durée de la nuit, le jour naitra.

 

 

 

Farida Nabourema

 

O5 Octobre 2012