" />

Publié par Farida Nabourema

Togo

 

Apres le jeune Anselme Sinandare dont le meurtre par les forces de l’ordre du Togo a plongé les togolais dans une vive tristesse, un autre élève du nom de Sinanlega Douti en classe de 1ere A4 est décédé au CHR de Dapaong ce matin à 1h suite aux bastonnades que lui ont affligées les gendarmes togolais le 15 Avril dernier.

Un de ses amis raconte :

« C’était au cours de la manifestation de lundi. Arrivé au niveau du poste de police de Dapaong, le commissaire avait donné l’ordre de lancer des gaz lacrymogènes contre les manifestants. Les élèves ont riposté en leur lançant des cailloux. Lorsque l’enfant de 12 ans a été touché par balle, tout le monde a pris la fuite. Mon ami Douti a été poursuivi par les forces de l’ordre qui l’ont arrêté alors qu’il était tombé dans un caniveau.  Ils sont venus le prendre là-bas et l’ont bastonné, on lui a piétiné dans le ventre et sa tête a été cassée. Il a été laissé pour mort et ils l’ont laissé. Il a été plus tard admis à l’hôpital et on voulait l’opérer mais il a rendu l’âme ce matin à 1 heure. Il était membre actif de l'UFC dans la ville ici ».

Jusqu’à quand les Togolais continueront-ils à se taire face à de telles barbaries.  Et quelle excuse va donner Yark Demnahane qui justifiait la mort d’Anselme comme accidentelle ?

Est-ce par accident que l’avenir de ce jeune homme fut détruit par des gendarmes zélés qui ne manquent d’aucune occasion pour réprimer de pauvres innocents ? Est-ce par accident que  ce jeune homme s’est fait fracassé le crane et fut délaissé comme un malpropre dans des égouts ? Ou est-ce encore par accident qu’apes les prétendus « tirs de sommation » qui seraient destinés à faire fuir la foule que les «  forces de l’ordre » ont senti le besoin de poursuivre ce jeune pour lui assigner des coups comme s’il était une bête sauvage qu’il fallait à tout anéantir ?

Le seul accident que je vois ici, c’est lui qui a permis à des sauvages de s’accaparer du pouvoir politique et militaire au Togo et d’en faire usage pour martyriser d’innocentes personnes. Cet accident qui s’était produit en 1963, en 1967 et encore en 2005 et dont les togolais payent à ce jour les chères factures.

Citoyen Togolais, Indigne Toi ! Révolte-Toi ! Soulève-Toi et dit NON!!!

Non au viol de tes droits

Non au meurtre des enfants et de tes petits frères

Non à ton oppression à ta répression, à ton exploitation et ta soumission

Lève-toi et brise la chaine de la domination à tout jamais au nom de tous tes fils et filles qui sont morts !

Bas-toi Togolais bas toi ! Et ne laisse plus jamais personne marcher sur ta dignité et t’en rire en face !

Bas-toi si encore il te reste un peu d’amour propre !!!