" />

Publié par Farida Nabourema

AU-FLAGS.jpg

 

 

L'Union africaine tient une assemblée  générale extraordinaire le 11 et 12 Octobre afin de décider de si oui ou non, les pays membres de l’UA devraient se retirer de la Cour Pénale Internationale.

 

 

Depuis sa création, la Cour pénale internationale a agi comme un outil politique pour mettre sous pression les dirigeants africains qui refusent de se conformer aux règles des puissances occidentales.

Certains des pires violateurs des droits humains et des tortionnaires a travers le monde aussi bien en Afrique qu’en dehors de l'Afrique n’ont pas été punis pour les crimes de guerre , les génocides et les violations des droits de l'homme qu’ils ont commis tout simplement  parce qu'ils n'étaient pas considérés comme des "anti-occidentaux "
 
Les Etats-Unis d'Amérique eux même ont a refusé d’adhérer à la CPI et ont clairement fait savoir au monde qu'aucun de leur citoyen  ne sera jugé par ce tribunal.  

Il est vrai que l'Afrique a connu et connait toujours des régimes violents et oppressifs qui violent quotidiennement les droits de leur peuple. Et pour cela, l'Union africaine doit renforcer la Cour Africaine de Justice et  la doter d’outils nécessaires pour arrêter les méfaits de ces oppresseurs et leur faire répondre de leurs actes. Mais cela doit être fait en Afrique, par les Africains et pour les Africains. Pas en Europe par les Européens pour les Européens.

 

Le monde a besoin d'arrêter de traiter l'Afrique comme un bébé continent à qui il faut tout apprendre et qui ne peut pas gérer ses propres affaires.
L'Occident doit cesser de se voir comme un modèle vers qui tout le monde doit se tourner. Ces 50 dernières années, l'Afrique a suffisamment appris pour voler de ses propres ailes.

 

Desmond Tutu et Kofi Anan se sont tous deux mis à mener des actions pour empêcher le départ des nations africaines de la Cour Pénale Internationale.
Et je pense que c'est une honte que ces hommes n'aient pas confiance en  la capacité de l' Afrique à juger ses propres «criminels» .

Il y a des centaines de milliers d’intellectuels africains honnêtes et dévoués ; des avocats, des juges et des universitaires qui peuvent piloter la Cour Africaine de Justice si on leur donne les moyens.

Donnons-leur la chance d’œuvrer pour une Afrique libre et souveraine.

 

Soutenons massivement la décision de l’Union africaine de quitter la Cour pénale internationale et prouvons au monde que nous, Africains, disons tous ensemble NON à une Cour Pénale Internationale partisane et voulons QUITTER la CPI.

 

" La manière dont la Cour est exploitée, en particulier son traitement injuste de l'Afrique et des Africains, laisse beaucoup à désirer ... Loin de promouvoir la justice et la réconciliation ... la cour s'est transformée en un instrument politique. Ce traitement inéquitable et injuste est totalement inacceptable ", Ministre éthiopien des Affaires étrangères, Tedros Adhanom Ghebreyesus

 

 

 

 

 

Merci pour votre soutien

 

Farida Nabourema

 

link

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article