" />

Bien de gens sont abasourdis par ma détermination à combattre la dictature et l’injustice dans mon pays et beaucoup me demandent quelle est ma source d’inspiration.

L’Hymne nationale de mon cher pays le Togo elle seule, est une muse.  Chaque verset de cette hymne me rappelle mes droits, devoirs et responsabilités en tant que citoyenne togolaise.

Terre de nos aïeux, mon hymne nationale, mentionne que le Togo est un héritage dont j’ai le droit de jouir mais ai aussi le devoir d’entretenir, d’enrichir et de sauvegarder  pour les générations à venir.  Alors tout en combattant un régime néfaste pour améliorer ma condition de vie, je me bats aussi pour sauvegarder les richesses de ce pays afin que les futurs héritiers de cette nation soient fiers de leurs acquis et puissent également  librement en jouir. Je ne lutte pas simplement pour mes droits mais aussi et surtout pour avoir la liberté d’accomplir mes devoirs de citoyenne.

"Le Togo cultive la vertu et la vaillance pour la postérité".  Pas le vice et la lâcheté ! Nos aïeux nous ont légué comme richesse des valeurs morales que nous avons le devoir de conserver et de passer à ceux qui nous succéderont.  

Ensuite, aucun tyran ne doit nous effaroucher  car notre cœur soupire vers la liberté. Je suis peinee que beaucoup de togolais acceptent de vivre sous un régime totalitaire sous prétexte qu’ils n’ont pas les moyens de le combattre. Et bien non ! Notre hymne nous offre une artillerie lourde pour combattre les forces du mal : c’est notre désir d’être libre. En acceptant la tyrannie et bien nous ne sommes plus de victimes de cette dernière mais sommes nos propres victimes  car nous avions offert a nos oppresseurs le moyen le plus efficace de nous opprimer. Si notre cœur ne soupire pas vers la liberté, et bien nous ne serons jamais libre car le désir d’être libre est le seul armement supposé nous protéger contre toute forme de domination et d’oppression.  Togolais, refuse d’être un esclave et libre tu seras !

Les deux vers qui suivent sont mes aiguillons principaux. « Togo debout, luttons sans défaillance, Vainquons ou mourrons mais dans la dignité ». Quoi de plus beau, de plus valeureux, de plus vertueux et de plus digne que de se battre pour sa patrie ? Je préfère mourir guerrière que finir serpillière.  Je ne serai jamais le torchon d’un quelconque imposteur mais serai toujours une combattante fière de son engagement à libérer sa patrie des forces ténébristes.  

Togolais, viens, bâtissons la cité ! Ce vers... Combien de fois ne l’ai-je pas braillé ? Et combien de temps dois-je attendre pour que mes compatriotes répondent à l’appel de notre patrie ? Patrie dont je suis une estafette. Mon premier combat c’est vaincre la peur et l’apathie qui anime mes concitoyens. Le deuxième, c’est de mettre fin au césarisme dans notre cher pays et le dernier c’est de construire notre nation. Une nation togolaise digne de ce nom dont ceux qui nous appelleront un jour « aïeux » seront fiers.

Salut a toi, terre de mes aïeux!


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :